Souhaitez vous boire un peu de vin mélangé à de la cocaïne ? Et bien figurez vous qu’un pharmacien du nom de Angelo Mariani à eu cette idée en 1863. Mais je vous vois arriver avec vos questions farfelues ! Où est-ce que je peux m’en procurer ? Et bien vous ne pouvez pas bande de petit coquin ! Car ce breuvage a été interdit en France ! Je vous laisse deviner pourquoi…

Mais pour la petite histoire, avant la Première Guerre mondiale, il s’en vendait dix millions de bouteilles par an ! Pas mal non ?

Alors le vin Mariani quésaco ? 

Vin Mariani à la Coca de Peroum, plus simplement appelé Vin Mariani, était un «vin tonique» qui a été inventé en 1863 et a rapidement fait sensation dans le monde entier. Inventé par le chimiste français Angelo Mariani, originaire de Corse, ce breuvage est né de sa fascination pour les récentes études de Paolo Mantegazza sur la plante de coca et ses bénéfices perçus.

L’étude a incité Mariani à combiner des feuilles de coca moulues avec du vin rouge de Bordeaux, à raison de 6 milligrammes de coca par once de vin, et ainsi est né le vin Mariani.

Ne souhaitant rien laissé au hasard, ce pharmacien préconisait :

  • Deux à trois verres par jour, à prendre avant ou après les repas (réduction de moitié pour les enfants!).
  • Le produit était commercialisé sous forme de digestif, d’apéritif ou les deux… La délicieuse préparation promettait de guérir tout ce qui vous faisait mal et de donner l’énergie nécessaire aux actrices, aux inventeurs et aux travailleurs.

Vin Mariani a connu un énorme succès. Le vin et le coca tonic de Mariani ont pris d’assaut sa ville natale, Paris, puis le reste de l’Europe et les États-Unis. Profitant de l’occasion, Mariani a ouvert des bureaux à Londres, New York et Montréal. Pour soutenir la demande de son produit aux États-Unis, il a ouvert un deuxième laboratoire à New York.

Vin Mariani avait de nombreux concurrents et imitateurs, mais une campagne de marketing astucieuse menée par des célébrités lui a rapporté des millions de dollars de ventes. Alors que les publicités de Mariani affirmaient que des milliers de médecins avaient approuvé le produit, mais ce sont surtout les campagnes de publicité de célébrités qui avaient vraiment fait la notoriété de l’élixir.

Les publicités qu’il publiait dans les journaux et les magazines mettaient en vedette d’innombrables hommes politiques, acteurs, écrivains et chefs religieux, vantant tous les mérites des nombreuses vertus du Vin Mariani. Alexander Dumas, Emile Zola, les présidents William McKinley et Ulysses S. Grant, ainsi que d’innombrables monarques, dont la reine Victoria d’Angleterre, étaient passionnés de cette boisson. En outre, l’actrice Sarah Bernhardt et le pape Léon XIII (qui lui a décerné une médaille d’or!) Figuraient parmi les nombreux annonceurs.

Le Pape Léo XIII a discerné la médaille d’or au vin Mariani

Pourquoi a-t-il reçu cette médaille? Une autre publicité a révélé que le pape était un fervent partisan du produit: «Sa Sainteté, LE PAPE, écrit qu’il a pleinement apprécié les effets bénéfiques de ce vin tonique et qu’il a transmis à M. Mariani, en guise de remerciement, une médaille à l’effigie d’auguste.

Un succès qui fait des envieux…

Au vu du succès de ce breuvage, beaucoup de concurrents ont surgi, offrant des produits de qualité inférieure !  Ce qui a poussé la société Mariani a publier cette publicité dans The Medical And Surgical Reporter au début du siècle:

Angelo Mariani est mort en 1914, quelques mois avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. À ce moment-là, son produit était contesté par plusieurs de ses détracteurs, certains aux États-Unis, d’autres dans le monde:

  • La loi Pure Food and Drug de 1906, régissant l’étiquetage des produits à base de cocaïne et d’héroïne, aurait dû obliger Mariani à atténuer ses allégations de santé excessives, ainsi que la nature de la feuille de coca dans le produit final. Il semble s’être battu, parfois à l’encontre de la loi et des opposants à ses produits, affirmant parfois qu’il n’y avait en réalité pas de cocaïne dans ses produits.
  • Certains médecins ont publié des articles dans des revues médicales qui suggéraient que Mariani fortifiait effectivement son produit, dans son laboratoire de New York, à partir de 10% d’alcool par volume revendiqué à plus de 16% en dissolvant du coca dans de l’alcool pur. Cela a alimenté les disputes avec le gouvernement américain pour savoir si ses étiquettes indiquaient que son vin était bien français, s’il était «préparé» (mélangé à de la coca) dans un laboratoire de New York. Si ses étiquettes n’étaient pas exactes, argumenta-t-il, son produit ne devrait pas être vendu du tout. La bagarre s’est apparemment poursuivie, les informations semblant avoir été écartées au plus vite. Il y a quelques années à peine, en 2011, des chercheurs de l’Université de Guelph au Canada ont utilisé l’imagerie IRM sur une bouteille préservée datant de 1895 pour confirmer apparemment que Mariani fortifiait effectivement ses vins.
  • Les mouvements de prohibition de l’alcool dans de nombreux pays ont limité la diffusion sur leur marché de son produit.
  • La prise de conscience dans le monde entier que la cocaïne, considérée jadis comme une drogue miracle par la communauté médicale, était en réalité une drogue dangereuse, loin d’être une panacée, les ventes se sont vu abolir aux États-Unis avec le Harrison Narcotics Tax Act de 1914, qui a encore limité la commercialisation de cocaïne et de produits à base d’opiacés.
    Selon certaines estimations, Mariani a résisté à la tempête réglementaire aux États-Unis jusqu’en 1910. Dans certaines de ses dernières publicités, les mêmes célébrités apparaissent, seules les mentions sont écrites clairement (bien que les vanteries soient toujours là)

Alors que Angelo Mariani gagnait une fortune, que le New York Times qualifiait de «probablement le premier millionnaire de la cocaïne au monde», l’un de ses concurrents produisit l’une des boissons les plus célèbres au monde. C’est là que la montée et la chute de Vin Mariani prend une tournure ironique.

Il existe une histoire, probablement un mythe, que les snobs du vin aiment transmettre.

Voici ce qu’il a été dit : Il y a une dizaine d’années, de riches hommes d’affaires chinois ont commencé à acheter les produits de la croissance les plus chers de Bordeaux, entraînant une hausse de la demande et des prix.

Ces hommes d’affaires achetaient le vin pour faire fructifier leur patrimoine ou à présenter en cadeau pour sceller certains accords commerciaux. Ils n’aimaient pas vraiment le goût du vin qu’ils achetaient, alors quand ils l’ont bu, ils l’ont mélangé à du Coca-Cola.

Quelle horreur ! Est-ce que les gens mélangent du vin rouge avec du Coca Cola ? Bien sûr qu’ils le font. Cela s’appelle Kalimotxo.

Est-ce qu’une personne sensée pourrait associer un Château Lafite Rothschild ou un Château Margaux à du Coca-Cola ? Bien sûr que non. Quelqu’un a-t-il déjà disséminer sa fortune pour le faire ? Bien sûr.

Avez-vous vu ce que certaines personnes font avec des bouteilles de champagne à des prix exorbitants dans des discothèques VIP ?

Qu’est-ce que cela a à voir avec le Vin Mariani ?

Comme nous l’avons mentionné, le produit était un tonique, l’un des nombreux innombrables autres vendus dans le monde occidental à l’époque. John S. Pemberton, un pharmacien basé à Atlanta, était l’un des imitateurs américains de Mariani.

Le French Wine Coca de Pemberton, qui a fait ses débuts en 1885, a connu un succès modéré. La boisson était alcoolisée, bien que la source nationale exacte de son vin ne soit pas claire.

La même année, Atlanta et le comté de Fulton ont adopté une loi édictant une interdiction locale de vendre de l’alcool qui devrait entrer en vigueur l’année suivante. Pemberton s’efforça de retirer l’alcool de sa boisson. Il a baptisé son nouveau produit sans alcool Coca-Cola. Plus de 125 ans plus tard, si l’on en croit les mythes, la boisson à la coca (sans coca) de Pemberton a finalement été mélangée au meilleur de Bordeaux.

Et vous, connaissiez-vous ce vin ?

RECEVEZ MON LIVRE POUR MIEUX COMPRENDRE LE VIN


Ainsi qu'une série de mails pour vous expliquer comment vous constituer une cave de sommelier

COMMENÇONS : 

Hidden Content

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge